Martine quitte sa cité

Que d'émotions quand Martine et sa famille sont partis de la cité, là où ils habitaient depuis 17 ans. Martine a laissé là ses souvenirs. Elle aurait voulu prendre le temps pour faire un déménagement dans le calme et la sérénité. Elle avait attendu presque 3 ans avant d'avoir cette proposition de relogement, elle pensait qu'elle aurait pu du coup prendre 15 jours pour partir dans de bonnes conditions. Mais tout s'est précipité, "il y a urgence pour raison de sécurité", lui disait-on.

"S'ils ont peur que je prenne une tuile sur la tête, je peux mettre un casque !" rétorquait-elle avec humour.

La définition du mot "urgence" n'est pas la même pour tout le monde !

 

Elle aurait voulu que cela se passe autrement... mieux ... Mais ce qu'elle entend, c'est qu'elle devrait déjà être contente de tout ça. A-t-on oublié qu'elle n'avait pas demandé à partir ?

 

Il reste 1 seule famille à reloger !

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Notre rapport d'activité 2014

Synthèse de la journée du 12 juin 2014

"Vivre ensemble dans un quartier qui n'oublie personne"

Notre rapport d'activité 2013

Une évaluation intermédiaire 2008-2012

Feuilletez le livre "Promenade au pays du savoir"

Le projet 2012 en images

Une concertation permanente : un dialogue entre professionnels, familles très pauvres et acteurs associatifs